12_07_2012


Ebenhausen, le 12 juillet 2012

Bonjour les amis,


Vous êtes peut-être en T-shirt en train de lire mes nouvelles palpitantes, mais je vous fais remonter au cœur de l’hiver, -20°C, en février pour reprendre mon histoire là où je vous avais laissés la dernière fois.
Il fait froid, mais à l’intérieur, nous préparons à l’occasion de la chandeleur de bonnes crêpes bien chaudes. Tourner les crêpes est une affaire difficile mais de temps en temps, ça marche quand même !

Sinon, l’hiver se poursuit toujours sur le thème du ski et de la neige : nous voici en Suisse pour notre traditionnelle semaine hivernale avec les amis.  De nouveau, je préfère skier agréablement et en toute confiance avec les parents plutôt que de suivre des cours stressants pour moi. Alors en matinée, pendant que Carl-Amadé prend lui des cours, je suis tour à tour avec papa ou maman sur une piste pas trop loin de mon frère et descends à cœur joie les lacets dans un chemin forestier. Avec mes skis courts, je suis très agile pour virer et suis bien plus rapide que mes parents !
En après-midi, soit je retourne faire du ski avec un des parents, soit je profite du chalet et des amis. Cet après-midi, je fais une super partie de Monopoli avec ma marraine, heureusement, maman avait confié le secret (boîte de chocolats à proximité du jeu) donc tout va bien et je gagne (comme d’habitude !).
13 février : comme souvent en vacances, je perds une dent. Ça me fait expérimenter la fée des dents suisse, qui m’apporte un franc pendant la nuit en échange de ma dent.
Je profite de ces vacances relaxantes pour faire un grand igloo dans le jardin du chalet avec papa, Carl-Amadé et son copain Eloi, croquer des glaçons cueillis par papa, aller à la piscine du village qui est à coté du chalet, jouer avec les copines, me transformer en chevalier et courir après Carl-Amadé et son copain Eloi dans toute la maison avec couvercles de casseroles et cuillères en bois, lire avec maman, mais aussi faire des temps calmes comme dessiner toute seule.

De retour à la maison, l’école reprend et les histoires compliquées avec les copines reprennent: comme il y a juste Isabel qui est ma copine mais qu’elle ne peut pas jouer qu’avec moi parce qu’elle a le droit aussi d’être copine avec les autres, nous avons fait un compromis : un jour sur 2 j’ai le droit de jouer avec Isabel et un jour sur 2 je suis toute seule.
A part les récrés compliquées, à l’école, il y a aussi un programme, et ça, ça m’intéresse beaucoup. Nous étudions le moyen-âge. Avec en plus les cours renforcés le soirs où maman me lit des livres sur les châteaux forts et la vie au quotidien des princesses (et autres personnes) de cette époque, je deviens vite une experte. Pour clore ce chapitre, nous faisons une sortie de classe à un ancien château fort et dans le musée, nous pouvons essayer une armure et constater son poids.
A la maison, je m’amuse aussi à me déguiser en chevalière : casque de ski (plus léger qu’un heaume), cheval de bois et bricolages en papier, me voici parée. Dommage que ce thème se finisse, il me plaisait bien.

27 février, le mois se termine presque comme il avait commencé, je perds de nouveau une dent et ce n’est pas fini, la prochaine canine bouge déjà.

Mars 
La neige du jardin à fondu donc nous passons à des activités plus printanières comme grimper dans les arbres du jardin.
Bon, je ne quitte tout de même pas mon équipement hivernal si facilement : je garde mon casque, mes lunettes de ski et les bâtons, et remplace juste les skis par des rollers. La glisse peut continuer !!! Carl-Amadé en fait de même donc à l’aide de mon bâton, je me transforme pour lui en téléski.

Après cette bonne journée dans le jardin, vient l’heure de se reposer pour le soir. Il y a quelque chose de sûr, c’est qu’avant de se coucher, un bon moment après m’avoir souhaité une bonne nuit, alors que je dors déjà, maman vient toujours voir comment je dors. Je lui laisse très souvent un dessin pour lui dire que je l’aime. Des fois, maman est absente et ce n’est pas elle qui me couche ni me lit l’histoire du soir. Depuis qu’elle me l’a expliqué, je comprends qu’elle a le droit aussi d’avoir des temps personnels en particulier quand il s’agit de l’heure où je suis sensée être au lit mais je râle quand même parce qu’elle ne me couche pas personnellement. Je fais la tête à papa ou la baby-sitter et ça se passe forcément mal. Je laisse à maman un mot pour lui raconter les malheurs que j’ai vécus, elle le découvrira quand elle rentrera et viendra me voir avant de se coucher.

Avril : Nous voici de nouveau en vacances en famille ! Cette fois, c’est l’Italie (près de Pitigliano), dans un endroit où il y a une source chaude. La famille qui loge dans l’appartement de vacances à coté du notre est une famille franco-allemande avec des enfants de notre âge (Viviane 8 ans, Elise 6 ans, Luc 10 ans et Aurélie 3 ans). Nous nous entendons bien et faisons ensemble le matin les activités pour enfants proposées par le centre puis passons de grands moments en après-midi dans la piscine extérieure à 32°C. Nous prenons aussi des temps pour bricoler et décorer l’appartement pour la fête de Pâques ou pour faire des sorties, comme aujourd’hui dans une rivière avec des bassins où coule l’eau des sources chaudes.

Vendredi Saint (6 avril) je perds une dent, comme à chaque fois en vacances, c’est la fin de la série des 4 qui bougeaient en même temps. La fée des dents italienne est aussi généreuse que la fée suisse ou la fée allemande.
J’expérimente aussi le lapin de Pâques italien. Il nous fait suivre une piste chocolatée dans un magnifique chemin creusé autrefois par les Étrusques, c’est donc à la fois beau et bon !!!
Voici maintenant Opa et Oma qui arrivent pour passer la 2ème semaine de vacances avec Anne-Amalia et moi, pendant que papa, maman et Carl-Amadé retournent à la maison pour aller travailler.

Nous voici tous de nouveau à la maison et profitons du printemps autour de chez nous en faisant souvent des tours en vélo dans les champs aux alentours.
Un champ de fleurs, une cabane dans un arbre, le tour en vélo a beaucoup de pauses pour profiter de toutes ces belles choses.

Le mois d’avril se termine avec un magnifique événement, mon oncle Toni se marie avec Susan. Mon bonheur pour eux est éclatant et je les entoure de toute mon affection, le plus que je peux, pendant toute cette journée. Ah, Susan, qu’elle est belle, je la regarde avec envie. Je suis aussi plein de bonheur pour leur petit bébé qui va bientôt naître et passe de grands moments, la main sur le ventre de Susan pour sentir le bébé bouger.

Enfin voici le mois de mai, et je vais fêter mon anniversaire en série, au total 5 fois !
11 mai : comme mon anniversaire réel est demain, samedi, j’ai déjà apporté ce matin  quelques gâteaux à l’école pour fêter cet événement avec ma classe. Maintenant c’est l’après midi et nous nous rendons au mariage de Christophe, mon parrain, avec Anja. C’est super, je suis une des filles d’honneur et je porte des pétales de roses dans mon panier pour lancer à la fin de la cérémonie. La fête qui suit bat son plein. Il y a pleins d’enfants de mon âge (dont Nathanaël que je connais déjà bien depuis longtemps) pour jouer, rigoler, danser… A minuit, surprise !!! Tout d’un coup il y a la musique de « happy birthday » qui se met en marche et devant la centaine d’invités, la belle mariée en personne me présente un gâteau d’anniversaire avec à sa droite et à sa gauche mon parrain et ma marraine qui m’offrent chacun un cadeau !!! Déjà le fait que j’avais le droit de danser jusqu’à minuit était un énorme privilège, mais là, fêter mon anniversaire avec autant de faste, c’est au delà de toute imagination !
 
Après une nuit courte (le coucher était à 1h00 du matin…), je me rends chez Opa et Oma car les parents s’absentent ce dimanche, et je fête de nouveau mon anniversaire, cette fois avec les copains de l’Ammersee. Nous faisons un tour en bateau et nous rendons de l’autre coté du lac pour un joyeux pique-nique d’anniversaire.
13 mai, après ma journée d’école, je célèbre maintenant mes 8 ans avec ma famille réunie.
Samedi 19 mai, comme « les copines de l’école » se résument actuellement en une seule copine, je fête en petit comité une dernière fois cette année mes 8 ans. J’invite Isabel pour un jeu de piste à vélo sur le thème des fées de la nature et des fleurs. Dans les champs et bois autour de chez moi, il y a plusieurs cabanes dans les arbres et les étapes du jeu de piste nous mènent dans chacune d’elles. Les fleurs du printemps tout autour sont irrésistibles et il y a de nombreuses pauses ajoutées au parcours : « Oh, ces fleurs là, on ne peut quand même pas les laisser là ! ».

Ah ! Maintenant, c’est à papa d’avoir son anniversaire !
Je lui offre le magnifique dessin que je lui avais préparé spécialement pour cette occasion depuis de longs mois.

Juin
Le printemps avec ses beaux jours se poursuit et nous passons beaucoup de temps dans les arbres du jardin, mon frère, ma sœur et moi.
Comme nous avons 3 arbres fruitiers de grande taille où il est possible de grimper, nous nous les sommes répartis pour limiter les querelles de propriété, priorité ou autres: Anne-Amalia a le cerisier, c’est le plus haut et c’est déjà là où elle était le plus souvent. Carl-Amadé hérite du pommier, c’est celui où les branches sont les plus basses et l’unique arbre où il peut monter tout seul dedans. Je m’attribue le prunier, plus difficile d’accès, moins prisé que les autres donc avec plus de tranquillité pour moi.
Je m’installe progressivement : seau pendu à une branche pour poser des choses et relié à une corde pour faire ascenseur, petit parasol, limage d’une petite branche pour que l’endroit où je m’assois soit confortable, … Dans mon petit coin, il ne me manque plus qu’une boîte aux lettres pour me sentir parfaitement chez moi.

Ca y est, notre famille a 100 ans ! (Ages additionnés de chaque membre de notre famille). Nous fêtons cet événement avec plein d’amis dans un chalet en Suisse.
Baignades au lac Léman, grillades au chalet, balade en montagne. J’apprécie beaucoup les copains de mon âge pour jouer avec eux, certains d’entre eux étaient au ski cet hiver avec nous ou au réveillon et ça me fait plaisir de les revoir. J’adore les amoureux et je suis aussi contente de passer du temps avec Christophe mon parrain et Anja ainsi que de revoir Tatie Fleurine et Jean-Marie.
Pendant la balade, avec Carl-Amadé, nous faisons une grande course, chacun sur nos chevaux : lui sur le dos de Fleurine et moi sur celui de Christophe. Une vraie partie de bonheur, dommage que nos chevaux soient quand même un peu lents.
Bon, même si « cheval Fleurine » est un peu lente, elle a de très bonnes idées ! Elle m’offre, à moi qui aime tant la nature, les plantes et les fleurs, un « mister patate » : c’est une boule de graines en forme de tête, dont les cheveux poussent si on s’en occupe bien. Cadeau tout à fait idéal pour moi ! J’essaye tout de suite !

Finalement, Cecilie est aussi ma copine. A l’école, nous ne jouons pas ensemble, sinon les autres nous critiqueraient et elle ne pourrait plus être copine avec Ricarda et moi, plus avec Isabel, mais j’aimerais bien l’inviter.
Comme en ce moment ça ne marche pas de jouer avec plusieurs copines en même temps, je l’invite toute seule pour aller en montagne et passer une nuit en refuge. Carl-Amadé invite aussi une copine donc nous sommes une bonne bande d’enfants joyeux !
Avec Cecilie, nous partons dans notre imaginaire et sommes des chats de la montagne. Notre histoire s’allie avec les fleurs rencontrées et les deux chevaux du refuge. Le soir du retour, je suis en pleurs, c’était beaucoup trop court ! Quand est-ce qu’on recommence ?

Pas tout de suite en tout cas, car cette semaine, papa et maman partent comme chaque année une semaine sans nous, et nous restons à la maison avec Opa et Oma. Pendant ces quelques jours, le soir après l’école, nous aidons Opa et Oma à faire plein de surprises : Opa aidé de Carl-Amadé borde la fin de l’allée du jardin par de belles pierres apparentes, et répare l’échelle du toboggan, j’aide Oma à installer de nouvelles fleurs sur les balcons, nous rangeons la salle de jeu à fond, … et bien sûr, je prépare plein de dessins qui accueilleront mes parents : un joli dessin de voilier et d’autres dessins. Ils contiennent comme à mon habitude des messages secrets de l’amour pour ma famille correspondant en général aux initiales de nos prénoms et initiales de mots magiques comme « cœur », « amour », etc., sauf que comme n’ayant pas appris l’orthographe française, le symbole pour cœur est par exemple « K » et non pas « C », ce qui rend encore plus secret mes messages…

Retour dans le jardin : maman vient de m’offrir une boîte aux lettres en bois pour mon arbre. Je la peints assidûment pour la personnaliser puis l’accroche à mon arbre. Carl-Amadé est tout heureux d’écrire plein de lettres et de me les poster.

A l’école, pendant ce dernier mois de classe, nous nous occupons à apprendre plein de choses sur le système solaire. En fin de programme, la maîtresse nous fait faire un poster d’une planète qu’on doit inventer et nous devons calculer en fonction de sa position par rapport au soleil que nous lui avons attribuée, sa température moyenne en hiver et en été, son cycle de rotation, et nous devons aussi réfléchir sur ses particularités (matières présentes, lunes, anneaux…) : la mienne est entre terre et mars et s’appelle CEREF (CE pour Claire-Estelle, R pour rigolo car ma planète a un anneau qui la transperce, E pour enfants et F pour famille, mais l’origine du nom fantaisiste n’est pas demandé dans le poster, alors je partage ce secret juste avec vous et pas avec ma classe).
Voici l’avant dernier jour de classe, aujourd’hui, je dois faire la présentation de mon poster devant toute la classe et j’angoisse ce moment déjà depuis plusieurs jours. Ouf, enfin c’est passé, je laisse retomber le stress et pense maintenant aux vacances qui commencent demain.

Super, voici les vacances !!!
Après un week-end avec mes parents (ou plutôt samedi chez ma copine Cecilie et dimanche avec mes parents), je me rends chez Opa et Oma. Le soleil est là pour m’accompagner dans les baignades au lac. Opa, qui est aussi prof de voile quand il est à l’Ammersee m’enseigne la navigation et je sais déjà me débrouiller toute seule sur un optimiste. Je fais aussi de la barque, des baignades, joue avec les chats de mes grands-parents et les enfants du voisinage. J’ai également quelques temps plus calmes : bac à sable sur la terrasse, piano, légos, lecture.
Sur ces quelques mots de vacances, je vous quitte et vous dis à la prochaine !

Claire-Estelle